Un plan pour structurer le syndicat de l’eau

Par 08/11/2022 - 16:22 • Mis à jour le 08/11/2022 - 16:19

Ce mardi 8 novembre, une feuille de route conjointe a été signée entre l’État, la Région, et le Département de Guadeloupe pour cadrer la structuration du syndicat mixte de gestion de l’eau et de l’assainissement de Guadeloupe (SMGEAG).

    Un plan pour structurer le syndicat de l’eau
Photo d'illustration

Alexandre Rochatte, préfet de Guadeloupe, Ary Chalus, président de région, Guy Losbar, président du département, et Jean-Louis Francisque, président du SMGEAG ont signé ce mardi matin une feuille de route détaillant le plan d’actions prioritaires à mener pour la structuration du SMGEAG, mais aussi les contributions de chaque acteur. Mise en place depuis un peu plus d’un an, la structure est depuis en proie à de nombreux dysfonctionnements et peine à assurer pleinement ses missions.

Le ministre délégué aux Outre-Mer, Jean-François Carenco, était présent à cette signature qui a permis d’acter des engagements dits « déterminants pour assurer l’efficacité du SMGEAG dans la réussite de ses missions », peut-on lire dans le communiqué du ministère des Outre-Mer.

Quels engagements ?

Le premier de ces engagements concerne le fonctionnement du syndicat qu’il faut ramener à l’équilibre. Il est crucial de le structurer. Jean-François Carenco avait d'ailleurs tiré le signal d'alarme lors de sa visite en septembre dernier.

À cela s’ajoute la mise en œuvre d’un comité de pilotage resserré entre la préfecture, la Région, le Département et le SMGEAG. De plus, l’État devrait apporter « un soutien exceptionnel et massif » pour accompagner le syndicat vers un retour à l’équilibre financier. Une assistance technique des services de l’État sur les missions prioritaires sera aussi suscitée. Enfin, une liste des travaux d’urgence et des réseaux à renouveler sera réalisée.  

Ce nouveau plan d’action impliquant ces acteurs pour répondre rapidement à la crise de l’eau marque le début d’une gouvernance concertée.  

Tags