Chutes du Carbet : pourquoi les tarifs ont-ils augmenté ?

Par 20/07/2021 - 07:00 • Mis à jour le 19/07/2021 - 20:43

Les tarifs d'accès aux chutes du Carbet ont augmenté depuis le mois de juin 2021. Un réajustement nécessaire selon l'agence Maranatha Tours, nouveau gestionnaire du site.

    Chutes du Carbet : pourquoi les tarifs ont-ils augmenté ?

Pour visiter les chutes du Carbet, il faut désormais débourser 5 euros par adulte, et 3 euros pour un enfant de 4 à 11 ans. Des prix en nette augmentation puisque, avant la réouverture du site en juin 2021, la visite était facturée 2,50 € par adulte.

Ces nouveaux tarifs interviennent alors qu’il y a un nouveau gestionnaire de la concession Grand étang/chutes du Carbet depuis cette année. Il s’agit de l’agence de tourisme Maranatha Tours qui assure l’entretien des lieux pour le Parc National de la Guadeloupe.

Pourquoi cette augmentation ?

Hier après midi sur le site touristique très coté des chutes du Carbet, ils étaient nombreux à être venus tenter la randonnée. En revanche, certains ont été étonnés de voir les nouveaux tarifs d’entrée. C'était notamment le cas de Tracy, qui juge ces nouveaux prix "trop cher".

Si certains trouvent le prix excessif, d’autres se sont montrés beaucoup plus compréhensifs, jugeant ce tarif justifié au vu des services proposés (parking, entretien des lieux, toilettes). Et cet argent, il sert à garantir l’essentiel des revenus du personnel, qui chaque jour s’occupe de l’entretien du site. C'est ce qu'a expliqué Daryl Brudey, le directeur général de l’agence Maranatha Tours, qui s'occupe du site, depuis juin 2021.

"Nous avons huit familles guadeloupéennes qui s'occupent du site 7 jours sur 7, de 6h du matin à 6h du soir. C'est essentiel pour nous de pouvoir les payer pour assurer l'entretien des lieux, et donc le confort des visiteurs", a-t-il insisté. 

À l’heure actuelle, les employés sont payés à plus de 75 % grâce aux revenus de fréquentation. Le reste est payé par fonds propres. Et si les prix ont été réajustés, c’est surtout un moyen d’arriver à un rééquilibrage financier car selon Daryl Brudey, l’État par le biais du parc National, participe moins depuis plusieurs années. 

"Avant, l'État par le biais du Parc, subventionnait le site. Maintenant il se désengage de plus en plus, et donc il faut trouver des moyens de préserver les salariés", précise-t-il.

Précisons qu’une offre qui s’adressent plutôt aux résidents guadeloupéens a fait son apparition. Pour 8 euros par adulte, il est possible de visiter les lieux autant de fois que souhaité pendant l’année. 

Le reportage de Jeremy Losio :

 

 

Tags