Une quinzaine d'établissements scolaires vandalisés en 3 mois

Par 09/02/2022 - 09:47 • Mis à jour le 09/02/2022 - 09:41

Au moins une quinzaine d’établissements scolaires ont été vandalisés en moins de 3 mois en Guadeloupe. Plusieurs enquêtes ont été ouvertes.

    Une quinzaine d'établissements scolaires vandalisés en 3 mois

Des serrures bloquées, de l’huile de vidange déversée sur les structures, le procédé reste le même et les dégâts sont toujours considérables. Au moins une quinzaine d’établissements scolaires ont été vandalisés en moins de 3 mois en Guadeloupe, depuis mi-novembre. Plusieurs plaintes ont été déposées et des enquêtes sont ouvertes, à la fois en zone gendarmerie et en zone police. Certains collèges ou écoles ont été attaqués plusieurs fois. Et ce sont autant de jours de classe perdus pour des élèves à la scolarités déjà mise à mal par la crise sanitaire.

Selon nos informations, aucun suspect n'a encore été interpellé. Faute de vidéo protection aux abords des établissements scolaires, il faudra se baser sur d’autres techniques d’identification. Des relevés ont été effectués, des prélèvements sur des objets qu’auraient pu toucher les malfaiteurs par exemple. L’analyse de ces prélèvements prend parfois du temps. En attendant, les plaintes se multiplient.

Depuis mi-novembre, au moins une quinzaine d’établissements vandalisés

La série d’actes de vandalisme de fin 2021/ début 2022 (NDLR : d'autres, plus ciblées, avaient eu lieu début 2021, et les années précédentes) a commencé le 15 novembre, au tout début de la crise sociale : le Rectorat déplorait alors dans un communiqué, pour divers établissements, en moins de trois jours, « un portail brûlé, de l’huile de vidange déversée, des détritus en tout genre obstruant l’entrée des élèves et des personnels » ou la « pose de cadenas sur le portail d’entrée » alors qu’il n y avait « pas de gréviste déclaré » et que les élèves avaient repris l’école en présentiel depuis un mois seulement.

De tels actes se sont répétés ces dernières semaines encore : le 11 janvier, au collège Florette MORAND à Morne-à-l’Eau, puis le collège Bois Rada à Sainte-Rose dans lequel des inscriptions « ignobles » avaient été découvertes dans la cour ainsi que « 13 croix gammées, des insultes et des menaces à l’égard du personnel de l’établissement » déplorait le rectorat.

Le 27 janvier, en moins de 24 heures, pas moins de 12 écoles, collège et lycée avaient été vandalisés : 8 établissements des Abymes (6 écoles, un collège et un lycée), 3 écoles de Pointe-à-Pitre et le collège du Gosier. Les écoles des Abymes et de Pointe-à-Pitre « ont été souillées », le lycée Baimbridge « a été cadenassé alors même que les épreuves nationales de l’agrégation y étaient organisées ».

« Au Gosier, c’est le collège Bambuck qui a été cadenassé ».

Et dans la nuit de lundi à mardi, C’est encore le collège Aurélie Lambourde aux Abymes qui a été pris pour cible ; et encore une journée de classe voire davantage qui sont perdues pour les élèves. La communauté scolaire de l'établissement s'est rassemblée, mercredi matin, pour dénoncer ces violences.

Tags