La campagne sucrière peut enfin démarrer

Par 05/03/2021 - 15:02
01/01/2020 - 00:00

Un accord a été signé ce matin aux Abymes dans le cadre des négociations annuelles obligatoire de la filière canne-sucre-rhum. L'intersyndicale UGTG/ CGTG des ouvriers agricoles et les représentants des patrons usiniers et rhumiers ont trouvé un accord, notamment sur la revalorisation salariale avec des compromis sur une autre revendication récurrente : l'accord Bino.

    La campagne sucrière peut enfin démarrer

La campagne sucrière 2021 peut enfin démarrer. Comme chaque année, elle est suspendue à un accord dans la filière dans le cadre des négociations annuelles obligatoire. Si l'usine de Gardel avait annoncé l'ouverture de ses balances mercredi dernier, les ouvriers agricoles avaient décidés jeudi en assemblée générale, de ne pas travailler en l'absence d'accord dans les NAO. Finalement, celui-ci est intervenu ce vendredi midi. L'intersyndicale UGTG/ CGTG a consenti à des concessions. Il a obtenu une hausse des salaires de 1,05%, tout en acceptant de revenir ultérieurement sur la revendication de l'accord Bino pour ne pas bloquer les discussions et le démarrage de la campagne. Martial Bisram, délégué syndical UGTG et membre de l'intersyndicale rappelle que "l'accord Bino est appliqué de différentes manières dans les entreprises de la filière canne-sucre-rhum."  Il reconnait que c'est un grand chantier qui nécessite de prendre son temps afin d'obtenir un accord de manière uniforme dans le secteur

Pourquoi les "NAO" bloquent-elles chaque année ?

La question revient année aprés année : pourquoi les négociations annuelles obligatoire bloquent-elles le démarrage de la campagne sucrière ? Cette année, les planteurs ne s'attendaient pas à un retard (même de quelques heures) de la campagne. En effet, la plateforme de revendications de l'intersyndicale ne comportait que 4 points, quand les années précédentes la plateforme se composait d'une dizaine de points de revendications au minimum. Jacky Peroumal, délégué syndical de la CGTG et membre de l'intersyndicale, n'y voit pas une volonté de blocage systématique des planteurs. Pour lui, c'est davantage une volonté des patrons de ne pas entamer les discussions dés le mois de novembre et même de débuter les pourparlers au plus prés de la date de démarrage de la campagne afin de mettre, dit-il, "la pression

L'usine sucrière de Gardel au Moule ne devrait pas tarder à lancer ses machines (dans les prochaines heures), sachant que les premières livraisons de canne se sont opérées hier. Elle devrait monter rapidement en régime afin d'atteindre dans les jours à venir sa 'vitesse de croisière'.