Ouverture de la conférence Interreg Caraïbes

Par • Mis à jour le 12/12/2016 - 22:08

La conférence sur le programme Interreg Caraïbes commence ce lundi 12 décembre à Sainte-Lucie. La Guadeloupe, la Martinique, la Guyane et Saint-Martin et les autres pays de la Caraïbe échangeront durant quatre jours sur les moyens pour consolider la coopération régionale.

    Ouverture de la conférence Interreg Caraïbes
La conférence sur le programme européen Interreg Caraïbes débute ce lundi 12 décembre 2016. Ce programme permet aux opérateurs des Départements français d'Amérique (DFA) et à la collectivité d'outremer de Saint-Martin de tisser des liens avec les pays de la Caraïbe.

Il s'articule autour de plusieurs axes comme l'emploi et l'innovation, la santé publique, les énergies renouvelables ou encore le capital humain. En résumé, le programme Interreg Caraïbes est un partenariat gagnant-gagnant entre les différents opérateurs de la grande région.

Interreg Caraïbes, c'est aussi des projets avec des organisations internationales à vocation régionales telles que l'Association des états de la Caraïbes (AEC), l'Organisation de Etats de la Caraïbe Orientale (OECO), de la Communauté caribéenne (Caricom) ou du Forum caribéen des Etats de l'Afrique, des Caraïbes et du Pacifique (Cariforum).

Le choix de Saint-Lucie n'est pas le fruit du hasard pour accueillir cette conférence. Cette île du centre de la Caraïbe héberge le siège de l'OECO. Durant ces quatre jours, la Guadeloupe, la Martinique, la Guyane, la Dominique, Sainte-Lucie Antigua et Barbuda échangeront sur les différents moyens pour "consolider la coopération régionale".

Dans le même esprit, Saint-Martin a annoncé sa volonté d'intégrer l'OECO.

Selon René Jean Duret, conseiller territoriale de la Collectivité d'Outremer de Saint-Martin, "cela fait 368 ans que (l'île) pratique la coopération interrégionale avec (ses) voisins immédiats de la partie hollandaise et également depuis plusieurs générations avec les îles voisines d' Anguilla, de Saba, de Saint-Barthéémy de Saint-Kitts. Toute cette zone peut être considérée comme un ensemble de copération régionale. Donc, le but est d'essayer de mettre en place des outils pour que l'Europe puisse permettre de dévelloper, dans l'intérêt générale, la coopération dans la zone".

Anaëlle Edom et David Camatchy