La Martinique, première île française positionnée sur la route de la drogue

Par 02/10/2022 - 14:25 • Mis à jour le 02/10/2022 - 14:17

A l’occasion de la visite des ministres G.Darmanin et G.Attal, l’OFAST (office anti-stupéfiants) a rendu compte de la situation en Martinique.

    La Martinique, première île française positionnée sur la route de la drogue
L'OFAST fait état de la situation en Martinique

Lors d’une réunion sur la lutte contre les trafics illicites ce dimanche matin (2 octobre), l’OFAST (office anti-stupéfiants) a détaillé la situation en Martinique en présence d’élus locaux, du ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin et du ministre de Comptes Publics, Gabriel Attal.

La Martinique un point d’entrée de l’Union Européenne pour le narcotrafic

L’OFAST est l’agence française chargée de coordonner la lutte contre le trafic de stupéfiants sur le territoire. Ce matin, les membres de l’office ont annoncé une situation qui se détériore en Martinique. « On ne saisit que 10 % de ce que l’on voit », a expliqué un agent. Ces derniers mois, entre 300 et 400 kilos de cocaïne ont été saisis en début d’année. Contre une 1,3 tonne lors de la saisie sur un voilier en septembre dernier.

Selon l’OFAST, la Martinique est la première île française positionnée sur la route de la drogue. Une marchandise illicite qui part de Colombie, passe par le Venezuela avant d’arriver en Martinique pour entrer en Europe.

La Guadeloupe en seconde position

Cela fait de la Martinique le premier point d’entrée de l’Union Européenne de ce narcotrafic. Placée juste devant la Guadeloupe.L’archipel, où pour la première fois depuis janvier 2022, l’OFAST a constaté des chargements directement depuis la Guadeloupe. Ce qui n’était pas le cas avant. Le port de Jarry est désormais lui aussi sous haute surveillance.

Une nouvelle visite en fin d’année

Face à cela, les ministres ont annoncé quelques mesures : l’arrivée d’un nouvel hélicoptère de la douane, il devrait arriver l’année prochaine pour remplacer l’engin actuel. Gabriel Attal a confirmé l’arrivée d’un nouveau scanner mobile sur le grand port pour surveiller les conteneurs. A cela s’ajoute l’ouverture de 15 postes destinés à des enquêteurs supplémentaires.

Gérald Darmanin a indiqué qu’il reviendra en fin d’année, notamment pour effectuer un déplacement à Sainte-Lucie afin de renforcer la coopération régionale dans la lutte contre les stupéfiants. Le locataire de Beauvau pourrait prolonger les annonces du côté technologique cette fois avec la mise en place d’écoutes téléphoniques et de drones de surveillance.

 

Tags