"Nous maintenons les manifestations, maintenant on demande à chacun de faire preuve de vigilance"

Par 24/11/2015 - 13:49 • Mis à jour le 24/11/2015 - 13:49

Les maires des différentes communes de la Martinique et leurs représentants étaient rassemblés hier après-midi à la préfecture pour faire un point sur l’Etat d’urgence.

    "Nous maintenons les manifestations, maintenant on demande à chacun de faire preuve de vigilance"
La mesure - décrétée par le président de la république à la suite des attentats du 13 novembre dernier- a par la suite été élargie à la Martinique (le 19 novembre plus précisément). Samedi elle a été prolongée pour trois mois avec une publication au Journal Officiel. Ce lundi il s’agissait donc pour le préfet - Fabrice Rigoulet-Roze - de faire le point sur les conséquences de cette décision au niveau des communes.

Maurice Bonté, le maire d’Ajoupa Bouillon et président de l’association des maires de Martinique, confirme qu’il ne devrait pas y avoir d’impacts sur l’organisation des manifestations de fin d’année en commune."Dans l'état actuel des choses, il n'y a pas d'interdiction, par contre si dans la semaine, dans les 15 jours, dans le mois il y a quelque chose forcément des décisions seront prises", a t-il précisé.

Steeve Moreau est adjoint au maire de Fort-de-France en charge de la sécurité et de la tranquillité publique, il estime que tout un chacun doit être responsable."On a pas attendu l'Etat d'urgence ! Nous avions déjà le plan vigipirate, par rapport à cela nous avions déjà mis un dispositif en place. Nous maintenons les manifestations, maintenant on demande à chacun de faire preuve de vigilance." a t-il indiqué.

François de Kerever le directeur de cabinet du préfet de la Martinique a lui insisté sur l'importance de la communication entre municipalités et sevices de l'Etat."Ce qui est important c'est de bien établir ce contact étroit entre les services de l'Etat et les municipalités, ce qui est important c'est que les maires nous remontent les grands événements qu'ils sont amenés à organiser de manière à ce que lorsque la situation l'impose on puisse avoir un échangé poussé pour estimer au mieux les mesures de contrôles supplémentaires qui peuvent être nécéssaires de prendre".

Une circulaire a été envoyée aux établissements scolaires, des exercices - notamment d'évacuation - doivent être réalisés avant les vacances de décembre. "Au cas où ils n'auraient pas été faits, il faut qu'ils soient faits avant noël. Les établissements ont l'habitude de le faire", a précisé Catherine Bertho-Lavenir, la rectrice d'académie.

Audrey Ollon et Clara Vincent