Des hébergements et activités pour les personnes souffrant de handicaps psychiques

Par 21/01/2016 - 19:29 • Mis à jour le 21/01/2016 - 19:29

Les personnes souffrant de handicaps psychiques pourront bénéficier d'hébergements et d'animations spécifiques grâce à une convention qui a été signée ce mercredi 20 janvier 2016 entre l'UDAF et le centre hospitalier Maurice Despinoy.

    Des hébergements et activités pour les personnes souffrant de handicaps psychiques
L'Union Des Associations Familiales de la Martinique, et le centre hospitalier Maurice Despinoy (anciennement Colson) ont signé hier, mercredi 20 janvier 2016 une convention Familles Gouvernantes à Fort de France.La famille gouvernante est en fait dispositif qui prévoit l’intervention d’une gouvernante au sein d’un groupe de résidents souffrants de handicaps psychiques.

Un projet en attente de financements

Le projet projet est encore en attente de financements, pour le moment les responsables sont à la recherche de logements dans le Nord Atlantique pour lancer concrètement le projet et accueillir les personnes concernées. La famille gouvernante est composée de travailleurs sociaux spécialisés sera là au quotidien pour animer la journée de ces résidents.

C’est l’UDAF qui coordonne ce projet."Il était normal que l'UDAF fasse émerger le dispositif familles gouvernantes d'autant plus qu'il répond a un besoin familial, personne n'ignore qu'avoir un patient présentant des troubles psychiques dans sa famille c'est une sacrée épreuve au quotidien", a expliqué le directeur général Roland Poletti .

"Les UDAF de métropole ont expérimenté ce dispositif depuis les années 90 et c'est un dispositif qui a porté ses fruits et qui a montré les avantages qu'il avait d'exister. Ce n'est pas un copier coller de ce qui se fait en métropole, il y a eu des adaptations spécifiques aux réalités locales qui ont été apportées à ce projet mais nous sommes certains que c'est un bon projet pour la Martinique et les familles martiniquaises qui trouveront une aide, une écoute et un soulagement de la part de professionnels ", a t-il complété.

Audrey Ollon et Yvonne Guilon