Serge Letchimy mobilise le PPM derrière Emmanuel Macron

Par 27/04/2017 - 13:34 • Mis à jour le 27/04/2017 - 13:34

Lors d'une réunion organisée mercredi soir à Trenelle, la direction du PPM a lancé une série de réunion de quartier pour mobiliser les électeurs contre Marine Le Pen. Serge Letchimy, président du parti a par ailleurs clairement appelé à voter pour Emmanuel Macron.

    Serge Letchimy mobilise le PPM derrière Emmanuel Macron

Les leaders politiques martiniquais prennent tour à tour position dans la campagne du deuxième tour. Après Rodolphe Désiré, Marcelin Nadeau et Alfred Marie-Jeanne, c'est au tour de Serge Letchimy et du PPM de se mobiliser contre le Front National.

Mercredi soir les militants du parti progressiste martiniquais ont lancé avec leur président toute une série de réunions dans les quartiers pour mobiliser les électeurs contre une victoire, le 7 mai, de Marine Le Pen.

Lorsque l'on sait que le PPM avait appeler à voter Benoît Hamon et que les résultats à Fort-de-France ont été une catastrophe, on peut se demander si le message du parti d’Aimé Césaire sera cette fois audible.

"Nous avons été fidèles à nos principes et à nos valeurs. Au 1er tour nous avions choisi de soutenir avec une très grande loyauté la gauche traditionnelle et classqiue. aujourd'hui nous avons fait le constat d'un danger imminent pour la France, c'est l'arrivée de Marine Le Pen", a commenté Serge Letchimy.

"L'essentiel c'est d'éviter que l'extrême droite arrive au pouvoir. A ce titre nous ne faisons pas un vote d'adhésion à En Marche. Nous faisons un vote contre le Front National. Pour nous il est plus intéressant que ce soit Macron que Fillon au deuxième tour. On est plus à l'aise à demander de voter Macron parce que ce n'est ni Fillon ni Le Pen", a ajouté le député de Fort-de-France.

Serge Letchimy pense également à la suite et plus particulièrement aux élections législatives. Face à la déliquescence du PS, il affirme que le PPM est "un parti libre, autonome et local". De là à rejoindre une possible majorité formée autour d'Emmanuel Macron ?

À lire également