CTM : Dernières indiscrétions de campagne

Par • Mis à jour le 04/12/2015 - 12:27

La tension monte entre les partisans du Gran Sanblé et Marcellin Nadeau de Nou Pep la. C'est une lettre datée de septembre 2014 dans laquelle le maire du Prêcheur avait bénéficié du soutien de Serge Letchimy qui est au coeur de ces tensions.

    CTM : Dernières indiscrétions de campagne
Jusqu’à ces derniers jours, Marcellin Nadeau n’avait rien demandé à personne. Le candidat de Nou Pep là menait sa campagne tranquillement et discrètement... sans heurts, sans faire de cancans explique son camp.
En début de semaine, on a vu apparaître sur les réseaux sociaux une lettre dans laquelle Serge Letchimy - en sa qualité de Président du Conseil Régional - avait été consulté pour donner son avis sur la candidature Nadeau à l’agence des 50 pas géométriques ! Bien évidemment cette lettre datée de septembre 2014, a été ressortie en cette période électorale, pour peut-être tenter de démontrer que Letchimy et Nadeau sont de connivence !
Un élu du Gran Sanblé a même partagé cette info sur sa page facebook ! C'était le goutte d'eau pour Marcellin Nadeau ! Disons que là, on l’a vraiment cherché. Le maire du Prêcheur a sorti un autre document : une lettre signée Eugène Larcher du Gran Sanblé. Le président de l’Espace Sud avait - comme Serge Letchimy - trouvé des mots très gentils pour appuyer la candidature du maire du Prêcheur à la présidence de l’agence des 50 pas.
Quand on regarde les deux courriers : celui de Serge Letchimy (pour soutenir Nadeau) avait été résumé en 4 lignes y compris la formule de politesse, alors que Eugène Larcher a recommandé le maire du Précheur sur un peu plus d’une page.

En tout cas, cette histoire ressortie en pleine campagne électorale avait comme seul but - selon le leader de Nou Pèp la - de manipuler l’opinion et de le présenter comme un vendu et un traitre : "Le comportement qui vous caractérise" écrit Marcellin Nadeau à ceux qui - selon lui - ont tenté de manipuler l’opinion, "est la marque de votre fébrilité et de votre peur de perdre"... Voilà qui va clôturer l’ambiance électorale : il y a fort à parier qu’on va en entendre ce soir et demain... Ainsi va la fin de la campagne !

Audrey Ollon et Jean-Marc Pulvar