Fusillade : le procureur ouvre une enquête parallèle

Par • Mis à jour le 10/12/2015 - 13:21

Après la fusillade qui a éclaté le week-end dernier sur le parking du Paparazzi, le procureur de la République Eric Corbaux souhaite ouvrir une enquête afin de comprendre comment des hommes au casier judiciaire aussi lourd ont pu travailler en tant qu'agents de sécurité pour des collectivités.

    Fusillade : le procureur ouvre une enquête parallèle
Comment des individus au casier judiciaire aussi chargé ont il pu travaillers pour les collectivités ? C'est à cette question que tentera de répondre l'enquête qui a été demandée par le procureur. C'est à l'occasion d'un point presse au cours duquel il a fait le point sur les suites du triples meurtre du Paparazzi qu'Eric Corbaux a annoncé la nouvelle. "J'ai déclenché une enquête parallèle pour vérifier les conditions d'emploi de ces personnes", a t-il indiqué. L'idée de cette enquête est entre autres de connaître et comprendre le parcours des différents protagonistes du drame qui évoluaient tous dans le domaine de la sécurité.

Marie-Thérèse Casimirius, maire de la ville de Basse -Pointe, a indiqué que c'est dans le cadre d'un plan de réinsertion que Johan Candale était enagé en tant qu'agent de sécurité. Elle s'est étonnée de cette enquête mais ne regrette pas sa politique de réinsertion des jeunes, même ceux qui ont un lourd casier judiciaire.

De son côté, le Conseil Régional (qui avait embauché Ronaldo Saint-Philippe) précise, qu’il n’y a eu aucune embauche irrégulière à la Région, que la collectivité a mis en place un programme de 500 000 euros pour la formation des anciens détenus et qu’elle a voté lors de la dernière plénière en faveur de la création de l’école de la 3ème chance post-carcérale. Elle précise enfin que si ces jeunes étaient armés, ils ne l’étaient pas sur leur lieu de travail.

A noter également que Johan Candale le tireur présumé a passé sa première nuit en prison.

Audrey Ollon et Cédric Catan