Sauver la vie à 10 ans, c'est possible

Par • Mis à jour le 21/05/2016 - 15:19

Les enfants de 10 et 11 ans en Martinique ont reçu leur certificat de premier secours de sécurité civile ce vendredi, 20 mai 2016. Ils ont suivi la formation avec des pompiers et sont prêts à sauver des vies s'il en était besoin. Ces cours, qui font partie d'un programme scolaire obligatoire, ont été beaucoup appréciés par les élèves.

    Sauver la vie à 10 ans, c'est possible
Les enfants des écoles de la baie des Tourelles et de Dillon ont participé à une formation aux gestes de premiers secours tout au long de l'année scolaire. Soixante-six élèves de 10 et 11 ans ont suivi cette formation de 30 heures et ont reçu leur certificat de 1er niveau de premiers secours ce vendredi, 20 mai 2016.

Les pompiers ont appris aux enfants comment agir face un arrêt cardiaque, une plaie ou à des traumatismes. Les élèves ont également pu visiter les installations des pompiers.

« A 10-11 ans, ils sont déjà capables de pratiquer le massage cardiaque. Mais au-delà de ça, ce sont des enfants, ils sont très curieux, ils mémorisent très bien les gestes. On forme de futurs citoyens qui sont capables de faire les premiers gestes pour la mise en sécurité », selon le responsable de la formation, le capitaine Johanne Noreskal.

La cérémonie de la remise des diplômes a été solennelle. Les enfants ont été extrêmement contents et même émus.

« Je pense qu’ils ont pris conscience de l’importance des diplômes et du service qu’ils pourront ensuite rendre à la collectivité simplement en utilisant les compétences qu’ils ont acquises », selon Sylvain Leury, directeur de l’école de la Baie des Tourelles B.

Les pompiers et enseignants sont d’accord que la formation aux gestes de premiers secours doit se faire à partir du plus jeune âge.

Cette démarche a été faite dans le cadre de l’obligation des écoles primaires d’avoir des heures de formation aux gestes citoyens. En Martinique, c’est déjà la deuxième édition qui a pris le nom de « Ti Sovté Matinik » (petits sauveteurs de Martinique). Cette action est financée par le contrat de ville de Fort-de-France, répond au pilier 4 du contrat et correspond aux "valeurs de la République".

Veranika Chyhir et Xavier Chevalier