Les professionnels de santé planchent sur l'introduction du carnet de santé électronique

Par • Mis à jour le 24/11/2016 - 16:08

Un carnet de vaccination électronique pourrait entrer en vigueur au mois de mars 2017. Les professionnels de santé ont planché sur le sujet ce mercredi (23 novembre 2016). La mise en place du dipositif permettrait un meilleur suivi des patients.

    Les professionnels de santé planchent sur l'introduction du carnet de santé électronique
L’Union Régionale des Médecins libéraux de Martinique organisait une réunion mercredi (23 novembre 2016) dans ses locaux à Rivière Roche pour présenter le carnet de vaccination électronique (CVE).

Le Docteur Jean-Pierre Enrione-Thorrand, responsable du projet CVE et le professeur Jean-Louis Koek, concepteur de mesvaccins.net se sont déplacés spécialement pour l’occasion Il ne s’agit pour l’instant que d’un premier contact avec les professionnels de santé. L’Union Des Médecins de Martinique souhaite néanmoins une application du Carnet de Vaccination Electronique dès 2017. "Nous avons conduit une étude dans les Landes et en Gironde auprès de médecins généralistes. Le simple fait d'ouvrir un carnet de vaccination électronique permettait de modifier la décision initiale des médecins une fois sur deux sur l'application de recommandation vaccinale. Nous espérons que nous aurons une augmentation de la couverture vaccinale mais aussi une baisse de la sur vaccination", assure le professeur Jean-Louis Koek.

Le dispositif avait déjà été envisagé il y a plusieurs années mais selon l’Union Des Médecins de Martinique tous les professionnels de santé n’étaient pas présents à cette époque empêchant l'aboutissement du le projet.

Gratuit pour les patients

Cette fois les URPS des infirmiers, des pharmaciens, médecins étaient conviés. Ils devront tous adopter le principe du CVE à savoir créer un carnet de santé en ligne sur mesvaccins.net. Un carnet de santé dont seul le patient a le code et accessible par les professionnels de santé dès lors qu’il dispose de l’accord du patient.

Le dispositif est totalement gratuit pour les patients. Les médecins doivent s'acquitter à hauteur de 30 euros hors taxe par an. Le site a reçu un label de l’OMS garantissant la qualité de l’information délivrée. L'objectif est d'assurer une meilleure traçabilité des traitements, d'éviter la sur ou sous vaccination. "Je vais aux urgences, hop, je suis vacciné. Le médecin peut savoir immédiatement. Cela permet d'avoir une banque de données où on ne perd pas son carnet. Il y a de plus en plus d'intervenant, pharmaciens, médecins, infirmières, PMI, donc il faut avoir vraiment cette ligne de conduite", explique Anne Criquet-Hayot, présidente de l’Union Régionale des Médecins libéraux de Martinique.

Les régions Auvergne-Rhône-Alpes et Aquitaine, expérimentent déjà depuis plus de 6 mois ce carnet de vaccination électronique. Un premier bilan devrait être fait en mars 2017.

Karl Lorand et Hanna Roseau