Le Colden veut lutter contre la délinquance environnementale

Par • Mis à jour le 28/02/2019 - 11:04

Les services de l'Etat et l'ensemble des acteurs de la protection de l'environnement sont réunis au sein d'un comité opérationnel.

    Le Colden veut lutter contre la délinquance environnementale

Le Comité Opérationnel de Lutte contre la Délinquance Environnementale  (C.O.L.D.E.N) a été installé ce mercredi 27 février en Préfecture. Le préfet Franck Robine, le procureur de la République, Renaud Gaudeul, le président du Parc Naturel de la Martinique Louis Boutrin et le directeur de la DealPatrick Bourven soit l’ensemble des acteurs qui œuvrent pour la protection de l’environnement étaient réunis.

Quatre grands axes de travail ont été fixés : les activités de trafic d’espèces illicites, les questions d’urbanisme et d’assainissement, le bien être et la pollution atmosphérique et enfin les nuisances sonores. L'un des exemples concret des actions du Colden passe dans lutte contre les VHU. En 2017, 1700 véhicules hors d’usage retirés de la Martinique en 2018. Mais selon Louis Boutrin, il y en aurait près de 20 000 en attente.

Les autorités espèrent améliorer le traitement des dossiers par une meilleure coopération entre les services, pour gagner du temps dans les procédures. Il s’agit de mener de front les actions administratives et les actions judiciaires pour encourager le changement des mentalités.

Ce comité se réunira deux fois par an en séance plénière, et une fois par mois pour la partie opérationnelle. Le Colden présente la particularité de n'exister qu'en Martinique.

Franck Robine, préfet de Martinique, explique l'intérêt du Colden