Victor Tisserand, sommité du PPM, s'est éteint à l'âge de 93 ans

Par 27/07/2021 - 20:16 • Mis à jour le 27/07/2021 - 20:08

Compagnon de route d'Aimé Césaire depuis la création du PPM (parti progressiste martiniquais), Victor Tisserand s'en est allé aujourd'hui (mardi 27 juillet) à l'âge de 93 ans.

    Victor Tisserand, sommité du PPM, s'est éteint à l'âge de 93 ans
Victor Tisserand, l'un des piliers fondateurs du parti progressiste martiniquais, est décédé aujourd'hui à l'âge de 93 ans ©Ville de Fort-de-France

Il était l'un des piliers et membre fondateur du parti progressiste martiniquais en 1958. Victor Tisserand est décédé aujourd'hui à l'âge de 93 ans.

Né le 26 juin 1928, soit à la même date qu'Aimé Césaire à quelques années de différence, il aura été un compagnon de route fidèle de l'homme de lettres, ne manquant pas un seul de ses meetings.

Homme de terrain et d'action, il exerce toutes les formes de militantismes tout au long de son engagement, même celles de base : collage d'affiches, distributeur de tracts, animateur de meeting, ou encore portage de journal. Une véritable source d'inspiration, que souligne Didier Laguerre, maire de Fort-de-France :

Très fortement attaché aux valeurs progressistes, aux luttes pour l'émancipation de notre peuple, sa voix, son verbe, ses caricatures, son abnégation, ses enseignements en ont fait un guide pour des générations de militants de notre parti

Ancien adjoint au maire de Fort-de-France dans les années 1970, infirmier en psychiatrie puis cadre de santé,  militant au PPM et militant syndical, Victor Tisserand était également connu sous le surnom de Titiss.

Pour Jean-Claude Duverger, un autre pilier du PPM, sa disparition plonge l'ensemble du parti dans une vive émotion, d'autant que ce militant fervent prenait encore part aux dernières élections quelques semaines plus tôt :

C'est un départ qui nous surprend vraiment et qui brise le coeur. Il était aussi militant syndical à Colson, et s'est toujours battu pour de meilleures conditions de travail. Et en dehors d'être un militant, Tisserand était celui qui pouvait dire des textes de Césaire. On parlait de textes de Césaire, on voyait la bouche de Tisserand qui nous accompagnait. Il avait aimé Césaire. Je crois que le parti progressiste martiniquais a perdu une partie de son savoir et de sa mémoire