"Il a essayé de mordre mon visage et mon cou"

Par 25/01/2016 - 13:44 • Mis à jour le 25/01/2016 - 13:44

Une infirmière libérale s'est fait mordre à plusieurs reprises la semaine dernière par un bulldog ! Sérieusement touchée, elle est actuellement en Incapacité Temporaire de Travail de plus de 10 jours.

    "Il a essayé de mordre mon visage et mon cou"
Un drame a été évité de justesse la semaine dernière au Saint-Esprit. Jeudi 21 janvier 2016, aux alentours de 5h30, une infirmière libérale a été victime de plusieurs attaques d'un bulldog ! Le chien, qui appartient à la catégorie des chiens dangereux, la mord sauvagement alors qu'elle s'apprête à rejoindre le domicile d'un patient !"J'étais bloquée dans l'impasse, d'abord il m'a fait tomber...Il a essayé de mordre mon visage et mon cou, je me suis débattue avec mes jambes c'est pour cela que mes jambes ont tout pris !" explique Karine, la voix encore tremblante d'émotion. Pendant de nombreuses minutes elle se débat avec l'animal qui tente de prendre prise au niveau de son visage puis de sa gorge ! Alertés par ses cris, des voisins parviennent à la soustraire des crocs du molosse !"J'ai crié très fort et c'est un autre voisin qui armé d'une chaise a chassé le chien", complète la victime.

Traumatisée et en Incapacité Temporaire de Travail de plus de 10 jours, la jeune femme ne sait pas si elle pourra reprendre son activité normalement, elle a tenu à retourner sur place afin de remercier les voisins qui lui ont porté secours."J'ai revu le chien... je ne sais pas si à 5h30 du matin je passerai là..." a t-elle indiqué.

Actuellement en soin quotidien, à cause de la douleur mais également du risque d'infection elle a du faire preuve de persévérance pour que sa plainte soit finalement acceptée, les gendarmes et la police municipale, se renvoyant la balle.

Autre inquiétude : le propriétaire a indiqué que le chien n'était ni assuré ni déclaré. Selon Karine, les autorités n'ont pas encore été voir l'animal; dans un cas comme celui-là, le chien risque d'être euthanasié.

Cette mésaventure, n'est pas une exception dans ce corps de métiers de santé. Les infirmiers libéraux font face au quotidien à de nombreux risques (agression, braquage...) sur leur trajet ou encore lors de visites médicales.

Le SNIL se mobilise

"Je voudrais au nom de la profession apporter notre soutien à Karine et aussi aux infirmiers qui sont agressés et qui n'osent pas le dire, quelque soit l'agression. Jeudi nous allons nous mobiliser parce que nous en avons assez", a martelé Gilberte Ruster, Présidente du syndicat SNIL des infirmiers libéraux; elle appelle ses adhérents et ses collègues à une grande mobilisation ce jeudi 28 janvier 2016 afin de se faire entendre par les pouvoirs publics mais également par la population.

Audrey Ollon et Peggy Saint-Ville