Sort toujours incertain pour Brasserie Lorraine

Par 24/05/2022 - 17:47 • Mis à jour le 24/05/2022 - 15:49

Le tribunal de commerce devait statuer sur la réalité des difficultés financières de l'entreprise et les mesures à appliquer le cas échéant.

    Sort toujours incertain pour Brasserie Lorraine

La Brasserie à sec

La Brasserie Lorraine fête son centenaire cette année, mais n'a plus d'activité de production depuis deux mois en raison d'un mouvement de grève suivi par un peu moins de la moitié des salariés. Les boissons fabriquées par l'entreprise sont introuvables en rayon.

Au cours d’une audience fermée au public qui a duré près de deux heures, aujourd'hui, mardi 24 mai, le Tribunal de Commerce de Fort-de-France a entendu la direction, mais aussi les salariés grévistes et non grévistes, afin de statuer sur le placement ou non de l'entreprise en redressement judiciaire.

En effet, après 59 jours de grève qui paralysent la chaîne de production, la direction de Brasserie Lorraine a déposé mercredi dernier, le 18 mai, une déclaration de cessation de paiement. 

Aujourd’hui, 21 des 47 salariés de l’entreprise sont toujours mobilisés et farouchement opposés au projet de restructuration proposé par la direction. Des négociations ont pourtant eu lieu dans le cadre de la médiation décidée par la justice, mais elles ne semblent pas aboutir malgré quelques avancées, notamment sur la revalorisation salariale.

La représentation des salariés aussi en question

Toutefois, en plus d'un redressement judiciaire probable, l'élection des représentants du personnel a elle aussi été discutée au cours de cette audience. En effet, les membres du Comité Social et Économique (CSE) n'ont officiellement plus de mandats depuis le début du mois de mai.

Selon la direction, la loi permet toutefois à l'entreprise d'organiser des élections en attendant les nouvelles, prévues d'ici une dizaine de jours, pour que l'ensemble des salariés élisent leur représentant. Lesdites élections ont donc eu lieu hier, lundi 23 mai, sans une partie des salariés grévistes qui ont refusé d'y participer.

Si un salarié a donc bien été élu comme représentant par les participants au scrutin, une majorité du personnel selon la direction, l'avocat des salariés grévistes souhaite contester ces élections.


Alors cet après-midi, la présidente de la chambre de commerce a pris le temps de comprendre tous les aspects de ce conflit avant de remettre sa décision. Une prise en considération saluée par chacune des parties. 

La décision du tribunal a été mise en délibéré au 31 mai, à 14 heures.

Tags