Comment s'organise l'accueil des renforts sanitaires au CHU de la Martinique ?

Par 17/09/2021 - 13:27 • Mis à jour le 17/09/2021 - 13:25

Une vidéo extraite de l'émission Apolline Matin sur RMC rapporte le témoignage déçu d'un soignant des renforts sanitaires venu en Martinique. Notre rédaction a contacté le CHU de Martinique pour vérifier ces propos.

    Comment s'organise l'accueil des renforts sanitaires au CHU de la Martinique ?

Lors d'une conversation téléphonique dans l'émission Apolline Matin sur RMC, un soignant prénommé Nicolas dénonce l'inorganisation des services du CHUM et de l'ARS pour accueillir les renforts sanitaires face à la crise du covid-19.

Il raconte aussi un accueil très mitigé des équipes sur place.

Pourtant au CHU, on s'étonne de ce témoignage qui ne correspond pas à la réalité du terrain. Plus de 1100 soignants dont des médecins et des équipes paramédicales principalement des infirmiers sont venus épauler leurs collèges de Martinique au cours des deux derniers mois.

Le professeur François Roques, président de la commission médicale d'établissement, explique comment sont recrutés ces renforts.

C'est un recrutement qui est fait en urgence et qui est difficile à organiser. Les ARS de toutes les régions de France appellent les hôpitaux, les hôpitaux leur répondent, mettent des personnels sur des listes de volontaires. Ces listes sont transférées au ministère qui les transmet à notre ARS. Et le CHU est en bout de file. C'est un cheminement complexe pour des recrutements qui se font tous les trois ou quatre jours

Forcément la fluctuation rapide de la situation hospitalière complexifie une projection à moyen terme.

La situation a beaucoup changé au cours de cette épidémie. Cela n'a pas été facile d'être systématiquement en connaissance de toutes les potentialités qui nous étaient données par les équipes arrivantes

À chaque nouvelle arrivée d'équipe, des briefings étaient organisés par le personnel du CHU et la direction.

On a essayé de les affecter le plus vite possible là où c'était le plus urgent 

Dans son témoignage sur RMC, Nicolas le soignant estime avoir travaillé 4 jours sur ses 13 jours de présence. Pour François Roques, ce n'est pas ce qui ressort de l'avis général.

On a fait une enquête auprès de la première vague de soignants. 93% d'entre eux ont dit qu'ils se sont sentis utiles et ont estimé qu'ils seraient prêts à revenir. Ce témoignage parle d'un problème qui a sans doute eu lieu mais est-ce que c'est une réalité, je ne crois pas 

Le professeur Roques précise les détails de l'intégration des renforts au sein des équipes.

Les soignants doivent s'intégrer à des roulements. Avec des équipes qui ont des cycles de repos et d'activité. Concernant l'accueil mitigé, ce ne sont pas les retours que j'ai. Que ce soit de la part des soignants venus en renfort ou des équipes du CHUM

La réorganisation en profondeur du CHUM en quelques semaines pour faire face à la crise sanitaire a également provoqué des difficultés. Vingt services ont été créés en moins d'un mois. "C'est une expérience humaine qui est difficile", rappelle François Roques.

Au moment où on a fait appel aux renforts sanitaires, on était totalement débordés. Si ils n'étaient pas venus, ça aurait été un naufrage. Après les besoins changent d'une semaine à l'autre. Tous les trois jours, on doit faire remonter nos manques au ministère 

D'autres renforts devraient encore arriver dans les jours prochains. La ressource devrait néanmoins se raréfier d'ici la fin du mois. Pour rappel, 294 personnes souffrant du covid-19 sont hospitalisés en Martinique dont 106 en réanimation. Depuis le 13 juillet 2021, on dénombre 490 décès du covid-19 à l'hôpital. 

Tags