Louis Félix Duville, ancien bras droit d'Alfred Marie-Jeanne, était l'invité de la rédaction

Par 20/06/2022 - 10:46 • Mis à jour le 20/06/2022 - 10:42

Le dernier combat politique d'Alfred Marie-Jeanne pour éliminer Jean Philippe Nilor a été un échec pour le leader du MIM et a entraîné sa douloureuse sortie de la scène politique. 

    Louis Félix Duville, ancien bras droit d'Alfred Marie-Jeanne, était l'invité de la rédaction

Louis-Félix Vincent Duville était, ce matin, lundi 20 juin, l'invité de Jean-Marc Pulvar. Ancien directeur de cabinet d'Alfred Marie-Jeanne à la CTM, on le connaît pour avoir été de tous les combats politiques du leader du MIM, dont il a notamment dirigé plusieurs des campagnes électorales.

C'est pourquoi l'homme n'a pas compris pourquoi ceux qui entourent le vétéran de la scène politique martiniquaise aujourd'hui ne lui ont pas évité ce camouflet, lors de cet ultime combat qui, selon lui, était de trop.

Un entourage malavisé

En effet, Alfred Marie-Jeanne, qui a toujours dégagé beaucoup d'énergie, a été filmé samedi dernier, 18 juin, dans un bureau de vote, avec du mal à se déplacer, presque perdu devant l'urne. Des images qui ont été très partagées sur les réseaux sociaux.

Je suis certainement un de ceux qui ont bien connu Alfred Marie-Jeanne. Et je l'ai amené en 2015 à dire que c'était son dernier mandat électif. En 2016, il a changé d'avis. Je ne l'ai pas accompagné. Les autres auraient pu dire pareil, et Alfred n'y serait pas allé tout seul parce que, même diminué, il n'est pas insensé. J'en veux à toutes celles, et à tous ceux, qui ont pensé qu'ils pouvaient commettre un tel abus de faiblesse et en tirer quelque chose. Ils auraient d'ailleurs tous mieux fait d'y aller sans lui, parce qu'aujourd'hui, Alfred les a entraînés dans sa chute. Et je pense qu'aucun d'eux ne se relèvera.

Louis-Félix Vincent Duville considère en effet que les autres ne se battaient pas pour leur leader, mais pour eux-mêmes, allant jusqu'à "spéculer sur qui prendrait sa place". D'autres auraient pensé qu'il fallait "bénéficier de sa dernière petite aura pour aller gagner une circonscription".

En plus, toute la campagne d'Alfred a été basée sur de petits mensonges. Jean-Philippe Nilor n'a jamais trahi, on le sait bien, il a juste levé le doigt en disant qu'il pourrait se présenter en 2015. Donc en réalité, ce qui s'est passé, c'est que quand Alfred est arrivé à la CTM, en 2015, il a développé une théorie du complot. Claude Lise, Jean-Philippe Nilor, Yan Monplaisir ... Mais c'est juste une technique de communication pour invalider les autres. 

Un premier faux départ

En effet, aux yeux de son parti, en 2015, Alfred Marie-Jeanne semblait encore être la personne la mieux placée pour battre Serge Letchimy. Mais comme Louis-Félix Vincent Duville le lui conseillait alors, il avait annoncé que ce serait son dernier mandat électif et a même fait ses adieux à l'Assemblée nationale. Puis, brusquement, en mars 2016, il reproche à Louis-Félix Vincent Duville de l'avoir précipité trop tôt vers la retraite.

Il souhaitait se présenter à sa propre succession, mais j'ai compris que ce serait la bataille de trop. Et on l'a bien vu, à la CTM, il a perdu. Il s'est entêté aux législatives, parce que personne ne lui a dit non. Comment expliquer que quelqu'un comme Daniel Marie-Sainte l'accompagne dans cette croisade ? Il n'en a pas besoin financièrement, il a une carrière accomplie. Et pour quel résultat ? Alfred Marie-Jeanne est parti par la petite porte.

On se rappelle pourtant qu'Alfred Marie-Jeanne a lui-même dit qu'"il faut savoir se retirer pour éviter un déclin fatal à sa renommée". 

Mé sa mèl ka di an pyé bwa, sé pa sa i ka di douvan djol kanon : une fois que les personnes sont au pouvoir, elles sont souvent obnubilées par l'idée de le garder, de rester au-delà du raisonnable. Mais quand on reste trop longtemps aux affaires, tout se sclérose. Il faut laisser la place à d'autres parce que le monde va ainsi : tan fè tan, tan kité tan. Quand on bloque les générations qui viennent, on fait régresser son pays. Néanmoins, je veux rappeler qu'Alfred Marie-Jeanne a laissé une trace indélébile dans le pays Martinique. Il a réussi à obtenir la modification de la Constitution française. Et je le répéterai toujours, si Saint-Martin et Saint-Barthélémy sont dans le 174, c'est grâce à lui. Personne ne pourra le lui retirer.


Écoutez l'entretien dans son intégralité, ci-après : 

Tags