[VIDEO] Soa de Muse, artiste non-binaire martiniquaise, une des nouvelles figures de Marianne

Par 24/03/2021 - 20:25 • Mis à jour le 22/03/2021 - 20:53

Soa de Muse est une artiste inclassable. D'origine martiniquaise, elle a récemment été choisie par Marlène Schiappa, la ministre déléguée en charge de la citoyenneté, pour incarner l'une des 109 nouvelles figures de Marianne lors d'une exposition sur le parvis du Panthéon à Paris.

    [VIDEO] Soa de Muse, artiste non-binaire martiniquaise, une des nouvelles figures de Marianne

Le visage long, des pommettes hautes, Soa de Muse est artiste. Ni masculine, ni féminine, l'artiste se joue de la notion de genre. Au mot "transgenre", elle préfère d'ailleurs celui de "non-binaire" ou "gender fluid".

Et ce n'est pas un hasard si elle représente l'une des 109 nouvelles figures de Marianne lors de l'exposition initiée par Marlène Schiappa à l'occasion de la journée internationale du droit des femmes. Le 8 mars dernier, la ministre déléguée en charge de la citoyenneté lance l'exposition "109 Mariannes" sur le parvis du Panthéon, à Paris. Dans le but de mettre en valeur la devise et la diversité de la société française, les portraits de 109 citoyennes françaises y sont exposés.

Soa de Muse
Soa de Muse ©Instagram soa_muse

Mais la féminité ou la masculinité n'ont pas de prise sur Soa de Muse. Et lorsqu'on lui demande quel pronom employer lors de l'entretien, sa réponse est amusée : 

C'est toi qui choisis. Je ne suis pas figée, c'est en fonction de l'humeur, alors je te laisse le choix de l'article

Soa de Muse
Soa de Muse ©Instagram soa_muse

Une Marianne atypique

Lorsque l'artiste est contactée pour faire partie des nouvelles figures de Marianne au début du mois, Soa de Muse, qui affirme être "ni homme ni femme, juste universelle", est honorée :

La Marianne, c'est une combattante, elle lutte, elle s'assume, ne s'enferme pas dans des clivages, et elle représente toute la communauté. Elle n'est pas juste féminine 

En somme, la figure féminine de Marianne coiffée d'un béret, laissant poindre un sein rebondi dénudé n'est plus, ou du moins plus seulement. Et c'est bien cette diversité de représentations qu'incarne Soa de Muse.

Soa de Muse
Soa de Muse en représentation ©Instagram soa_muse

Un parcours aux multiples facettes

D'origine martiniquaise, Soa de Muse s'initie au théâtre dès 15 ans, et se produit sur la scène de Tropiques Atrium grâce aux mises en scènes de Yoshvani Medina. Entourée de joyeux acolytes tels que Mike Fédée, Bruno Duriveau, ou encore Ricardo Miranda, l'artiste encore en devenir et en pleine crise d'adolescence se réalise pourtant sur les planches :

J'ai appris à me mettre en danger artistiquement, et ça a été fondateur

Soa de Muse
Soa de Muse reprend "Poupée de cire, poupée de son", de France Gall ©Instagram soa_muse

Alors continuer dans le milieu artistique lui paraît comme une évidence. De rencontres en opportunités, elle devient comédienne, chanteuse, danseuse, véritable artiste aux multiples facettes. 

Et le contexte sanitaire ne freine pas sa créativité, en perpétuelle réinvention. 2022 s'annonce d'ailleurs déjà riche en nouveaux projets pour Soa de Muse, qui prévoit une explosion de théâtre, danse et musique dès que la situation le permettra.

Retrouvez l'entretien de Soa de Muse, au micro de Lola-Jeanne Cloquell :

 

Tags