Fort-de-France lutte contre les Véhicules Hors d'Usage (VHU)

Par 21/05/2021 - 12:40 • Mis à jour le 21/05/2021 - 09:37

Les carcasses de véhicules sont visibles et disséminées un peu partout en Martinique. Une pollution visuelle, mais aussi environnementale avec des risques sanitaires pour la population. La ville de Fort-de-France mène une action envers cette problématique, qui semble se concentrer dans certains quartiers.

    Fort-de-France lutte contre les Véhicules Hors d'Usage (VHU)
© facebook TDA VHU

L’invasion progressive de ces véhicules hors d’usage et véhicules en stationnement abusifs est monnaie courante sur tout le territoire. À Fort-de-France, ce sont près de 170 quartiers qui sont ainsi visités par les équipes de la ville pour localiser ces VHU.

La ville, comme d’autres communes, a passé une convention pour effectuer ces opérations. C'est l’association "Traitement Des Déchets de l’Automobile-VHU" (TDA-VHU) qui mène les opérations.

Un phénomène de grande ampleur

Depuis le démarrage de la campagne 2021, près de 400 VHU et Véhicules en Stationnement Abusif (VSA) ont été retirés par TDA-VHU. Sur toute l'année 2020, ce sont près de 1800 véhicules qui ont fait l’objet du même dispositif. 

Maurice Ferné, est le Directeur général adjoint chargé de la prévention et du développement durable à la ville de Fort-de-France, il décrit une problématique récurrente. Aussitôt enlevés, beaucoup de VHU seraient remplacés par d'autres. 

Il évoque également plusieurs phénomènes autour de cette situation. Celui des garagistes "sauvages" qui exercent sur la voie publique, mais aussi les particuliers qui récupèrent des pièces. Un commerce parallèle de pièces détachées existerait également. Des personnes se serviraient de ces véhicules comme dépôt ou stock de matériel, de denrées, etc.

Tous les quartiers de Fort-de-France sont concernés sans distinction par cette campagne, mais certains d’entre eux font l’objet d’un regard particulier au vu du nombre croissant de véhicules à retirer, comme l’explique Maurice Ferné.

Certains quartiers, comme cité Dillon ou Volga-plage sont davantage concernés. En 45 minutes, j'ai constaté moi-même environ 70 véhicules en stationnement abusif, en faisant seulement deux rues importantes d'un de ces endroits. Cela montre bien l'ampleur du phénomène. Parfois la population nous voit enlever des VHU et se demande pourquoi les VSA ne le sont pas en même temps, alors qu'ils mobilisent des places de stationnement de la même manière

L'absence de fourrière complique la tâche pour les VSA

Les VSA sont des véhicules qui visuellement sont en état de fonctionnement, même s'ils n'ont pas bougé depuis plusieurs mois voire plusieurs années. Donc contrairement aux VHU, ils sont présumés être la propriété de quelqu'un. Maurice Ferné précise qu'ils doivent faire l'objet d'une procédure administrative différente puisqu'il faut d'abord les mettre en fourrière. Or la Martinique n'en a plus depuis quelques années. La Ville travaille sur d'autres formules, comme de la délégation de service public ou la création de fourrière en interne.

Prévention et sanctions

Le rythme d'enlèvement souhaité par Maurice Ferné est d'environ 70 véhicules par semaine mais ce quota n'est pas encore atteint. Un renforcement des sanctions est prévu en parallèle de l'information de la population, de la sensibilisation des riverains, des propriétaires de véhicules, des garagistes, etc.

Nous visons aussi à alourdir les sanctions, d'autant que le traitement et la démolition sont gratuits auprès des démolisseurs-broyeurs. Chaque usager peut emmener son véhicule à partir du moment où c'est un véhicule complet, mais hors d'usage

VHU hermitage
Une dizaine de VHU recensés sur un site de l'Érmitage

 

ermitage
Le site après enlevement des VHU

Tags