Le service de réanimation du CHUG se réorganise

Par 01/03/2021 - 21:45
01/01/2020 - 00:00

Le service de réanimation du Centre Hospitalier Universitaire de la Guadeloupe annonce une réorganisation. Il augmente sa capacité d'accueil dans l'éventualité de pic épidémiologique de la Covid-19. Ces dernières semaines, le nombre de patients pris en charge se multiplie, notamment avec l'apparition du variant dit 'britannique'. Bruno Jarrige, réanimateur et directeur de la crise Covid au CHUG invite la population à respecter les gestes barrières.

    Le service de réanimation du CHUG se réorganise

Le Centre Hospitalier Universitaire de Guadeloupe "se prépare à gérer une augmentation de la vague" de la Covid-19, déclare Bruno Jarrige, réanimateur et directeur de la crise Covid de l'établissement de santé. Il faut dire que le nombre de patients admis au service de réanimation est en augmentation ces dernières semaines. La tendance à la hausse du nombre de cas se confirme, avec la prise en charge de cas graves et même des décès. Et pour faire face à une éventuelle nouvelle vague de cas positifs au sein de la population, le service de réanimation se réorganise avec l'ouverture de lits supplémentaires (8 de plus). Toutefois selon Bruno Jarrige, le personnel de s'inquiète de la tendance à la hausse et de la part toujours plus importante du variant du virus dit 'britannique', comme c'est le cas en Martinique ou l'hexagone.

Le directeur de la crise Covid au CHUG l'a rappelé, "la polémique n'a pas lieu d'être" concernant le décompte des cas 'anglais' du virus. Le week-end dernier, la polémique est née d'une différence entre les chiffres sur l'épidémie communiqués par l'Agence Régionale de Santé Guadeloupe, Saint-Martin, Saint-Barthélémy, et ceux inférieur du variant 'anglais' de Santé Publique France. Bruno Jarrige explique :" le document qui a déclenché les questions, c'est le document de Santé Publique France qui par définition à dix jours de retard, puisqu'il ne publie que des chiffres complètement vérifiés." Et de préciser, que les services suivent de prés ces "chiffres" du variant.

Le masque pour les enfants

Le port du masque pour les enfants à l'école, à partir de 6 ans, sera obligatoire dés jeudi dans l'Académie de Guadeloupe après une phase d'adaptation dans les écoles élémentaires. Un sujet qui fait débat avec la mobilisation de parents d'élèves s'opposant à cette mesure gouvernementale, réunis au sein du collectif "Lyannaj Pou Timoun". Sur cette question, Bruno Jarrige reconnaît que le doute existe sur le niveau de contagion des élèves. Toutefois, il préconise le port du masque quand cela est possible pour limiter les contaminations