Covid-19: moins de contaminés mais la pression hospitalière demeure

Par 26/01/2022 - 18:50 • Mis à jour le 26/01/2022 - 18:45

La décélération de l'épidémie se confirme avec 12804 nouveaux cas la semaine écoulée, contre 16500 la semaine précédente. La préfecture et l'ARS ont fait un bilan hebdomadaire sur la situation sanitaire, ce mercredi, à Basse-Terre.

    Covid-19: moins de contaminés mais la pression hospitalière demeure
Le CHU de Guadeloupe reste en tension

Si moins de nouveaux cas ont été dépistés la semaine dernière, le CHU enregistre tout de même 11 nouveaux décès liés au Covid-19, dont une personne de 22 ans, non vaccinée.

La situation reste donc tendue pour l'hôpital.

En effet, le service de réanimation comptait 35 lits il y a une semaine. 43 lits sont ouverts aujourd'hui et l'ouverture de 8 lits supplémentaires est envisagée avec, notamment, l'arrivée de la réserve sanitaire au courant de la semaine.

Il manquerait ainsi une trentaine d'infirmières de réanimation, une quinzaine d'aides soignant et 4 ou 5 médecins réanimateurs. Valérie Denux, la directrice générale de l'ARS a partagé son inquiétude:

On fait tout pour répondre à la demande, on espère que ça ne va pas trop déborder.

Le couvre-feu est maintenu à 20h et les mêmes préconisations sont toujours exigées.

Parmi elles, la vaccination qui ne décolle toujours pas sur le territoire. Près de 45% des guadeloupéens ont reçu leur première dose contre 42% pour la 2ème dose et 18% pour la 3ème. 

Le constat des professionnels de santé est sans appel:

Les personnes hospitalisées restent, dans la grande majorité des cas, des patients non vaccinés ou vaccinés avec une dose, ce qui n'est pas suffisant face au virus. L'objectif est clair, c'est de protéger tout le monde. Si certains résistent toujours au vaccin ARN messager, il faut qu'ils s'orientent vers d'autres vaccins.

Aucune mesure supplémentaire n'est pour le moment envisagée. Les autorités s'accordent un délai de 2 semaines pour vérifier si les restrictions sanitaires peuvent être allégées.

Les consultations avec les élus concernant la mise en oeuvre du pass vaccinal ne sont, pour l'heure, pas encore fixées.