Drame de la MG Race (jet ski) : les réactions

Par 26/06/2022 - 13:08 • Mis à jour le 26/06/2022 - 12:54

La 2ème édition de la MG RACE a été endeuillée par le décès du pilote Américain, Eric Francis, hier, samedi 25 juin. Une réaction privée de Vincent Thomas a été prématurément diffusée sur notre site, il a tenu à préciser ses propos.

    Drame de la MG Race (jet ski) : les réactions
© Jean pierre Ferté / Le jet n° 911 du pilote Américain Eric Francis, remorqué par le bateau de la gendarmerie maritime

Alors que les concurrents de la dernière étape, 2 fois Saint-Louis/Terre-de-Haut/Saint-Louis, franchissaient les uns après les autres la ligne d’arrivée, et que l’organisation gérait la récupération des pilotes en panne, le pilote américain qui occupait la 5ème position à la fin du 1er tour avec son jet n°911 restait introuvable.

Lorsqu'il a enfin été géolocalisé, la gendarmerie maritime qui s’est rendue sur zone n'a retrouvé que son engin. C’est un plaisancier, parti également à sa recherche, qui a trouvé le corps flottant en mer.

Une enquête est en cours pour déterminer les causes de la mort de ce champion multi-médaillé. 

Une tristesse et un désarroi partagés par tous

Vincent Thomas, en lutte pour la victoire finale avec un autre Guadeloupéen qui s'est finalement imposé en solitaire, Quentin Menault, a tenu à donner son ressenti après une réaction privée diffusée prématurément sur notre site web :

On est très peiné et très choqué pour sa femme, enceinte, et pour sa fille, qui étaient toutes deux ici avec lui. Pour l'instant, même s'il y a eu des échanges privés entre nous, on ne veut pas incriminer qui que ce soit, mais il est évident qu'on fait prendre des risques aux pilotes. Il y a eu des dysfonctionnements dans les systèmes de balises de SOS, et des délais d'intervention trop longs. Il y a évidemment des choses qui ont été dites par dépit, sous le coup de l'émotion et de la tristesse, mais il faut comprendre qu'on est encore tous sous le choc. C'est une grande tristesse avant tout.

Christophe Lycaon, également compétiteur, connaissait Eric Francis depuis 12 ans. Il s'est confié à Jean-Pierre Ferté :

Je le côtoyais depuis 2010, même si nous n'étions pas intimes pour autant. Il était juste devant moi dans la course, lui était deuxième, moi troisième. Mais lorsque j'ai demandé de ses nouvelles à mon arrivée, personne ne savait où il était. Je suis très touché, très peiné pour sa femme et sa fille d'un an et demi. J'avais les larmes aux yeux quand on a parlé à sa femme. Le monde du jet prend un grand coup aujourd'hui avec la disparition de ce pilote, très gentil et très ouvert. 

Les autres réactions

De douloureux témoignages qui jettent un voile d'incertitude sur le renouvellement de ce type d'événements, que le compétiteur Quentin Menault appelait pourtant de ses vœux avant l'annonce de la terrible nouvelle :

C'est une super course, sur une belle île, et c'est très compliqué d'organiser ça. On a du potentiel en Guadeloupe et c'est en continuant à faire des courses qu'on pourra continuer à améliorer notre niveau, y compris sur le circuit mondial. 

Le président de Région a lui aussi réagi, saluant la mémoire du champion Eric Francis "avec stupeur et une profonde tristesse".

Compétiteur hors pair, Eric Francis connaissait bien les eaux guadeloupéennes pour avoir participé à plusieurs reprises à la Karujet. Le président de Région et toute l’équipe régionale présentent à la famille d’Eric Francis ses sincères condoléances.  

Tags