Effets de la grève dans les écoles : certains parents optent pour le privé

Par Cécile Rémusat 13/04/2021 - 17:04
01/01/2020 - 00:00
Guadeloupe

Alors que l’heure de la rentrée a sonné pour les élèves de Guadeloupe, lundi, de nombreux parents doivent de nouveau jongler pour pallier le manque de cantine ou de garderie dans les écoles de plusieurs communes, sur fond de grève des agents communaux. Certains parents pensent avoir trouvé une solution : inscrire leurs enfants dans le privé à la rentrée prochaine, ou même immédiatement.

    Effets de la grève dans les écoles : certains parents optent pour le privé

Leurs enfants auront-ils cantine ? Garderie ? Ou auront-ils seulement école ? Autant de questions que se sont posées plusieurs parents, lundi, pour la rentrée, après deux semaines de vacances de Pâques.

Ces problématiques se posaient déjà depuis un mois au moment du départ en vacances, sur fond de grève des agents communaux. Alors certains parents ont décidé de faire le choix du privé, à l’image de Saraline, maman d’une fillette de 4 ans scolarisée au Gosier, qui explique avoir « un quotidien rythmé à devoir jongler » entre son emploi du temps et celui de son mari, entre absence de cantine et de garderie.

Même si la jeune maman évoque aussi « d’autres soucis qu’il y avait eu dans l’école », cette situation l’a « précipitée » dans son choix du privé : « c’était quelque chose qu’on avait déjà prévu mais qu’on pensait plus pour à partir du primaire » explique-t-elle.

D’autres parents ont décidé d’inscrire immédiatement leurs enfants dans le privé, comme l’explique Carole Frédéric, secrétaire générale de L.I.S.E Academy, à Baie-Mahault : « on a des enfants qui nous rejoignent en cours d’année en ce moment [..] on nous dit l’école est fermée, il n’y a plus de garderie, il faut que je trouve une solution ». Dans cette école « 16 enfants ont été inscrits depuis janvier », précise la directrice de l’école, Cristina Gonzales.

Et les demandes sont aussi en hausse pour septembre prochain pour cet établissement ainsi que pour trois autres que nous avons contactés, tous hors contrat avec l’Etat, et dont les frais s’élèvent à plusieurs centaines d’euros chaque mois. Cependant, toutes les demandes ne pourront aboutir, faute de place, précisent les différents responsables.

Tags